Hello tout le monde, aujourd’hui je vous propose un article sur le sujet des étiquettes matières premières céramique. J’ai choisi de rédiger cet article car j’ai moi-même souvent beaucoup de questions sur la terre ou l’émail à utiliser pour telle ou telle création. Cet article sera également intéressant pour comprendre par exemple, pourquoi les créations ont-elles fondu dans le four ? Ou encore pourquoi les créations ont ce rendu et pas un autre ?

Dans cet article, je vais vous aider à comprendre tous les détails donnés sur l’étiquette d’un produit afin d’optimiser le temps de production, mais aussi d’éviter d’avoir de la casse. Je vais détailler les étiquettes de la terre, mais aussi des oxydes et des émaux afin de pouvoir aller plus loin et de prendre aussi en considération les dangers causés par certains produits.

Étiquettes matières premières céramique : analyser l’étiquette de la terre

Je ne vais pas vous rappeler ce qu’est une pâte céramique ou les températures de cuisson, car j’ai déjà écrit des articles sur ce sujet que je vous invite à aller voir en cliquant directement sur les liens.

La terre est la matière première à laquelle on pense tout de suite en céramique. Son étiquette présente de nombreuses informations essentielles à lire et comprendre pour bien optimiser ses créations. Je vais tout de suite entrer dans le vif du sujet. Prenons par exemple un produit de la marque de mon fournisseur SIO-2.

Référence fabricant : il s’agit du nom technique donné par le fabricant. Ici lefabricant d’origine espagnol a choisi d’appeler ce produit« PA » pour reprendre le début du mot « pasta » en espagnol. Cette référence est importante si vous avez besoin de recommander un produit ou bien de poser une question ou de faire une réclamation. En utilisant la référence fabricant, vous êtes sûr de parler avec votre fournisseur du même produit.

Type de terre : j’ai déjà écrit un article sur les différents types de terre (que je vous invite à consulter si besoin). Cette notion est très importante. Elle déterminera notamment le type de création que vous pouvez réaliser avec, mais aussi les températures de cuisson etc. Dans cette exemple, il s’agit de faïence blanche.

Quantité : La quantité est cruciale afin de planifier votre production. Cela vous permettra de quantifier vos réalisations et de savoir de combien de pains de terre vous avez besoin. Dans cet exemple, celui-ci fait 12,5 kg.

Chamotte : Dans le domaine de la céramique, le terme “chamotte” fait référence à de l’argile cuite. Elle est ensuite broyée à divers degrés de finesse, et incorporée à la terre afin d’apporter une granulométrie et une rugosité spécifiques. Son utilisation confère à l’objet final une robustesse accrue, réduit le retrait pendant le séchage, et renforce la résistance aux variations thermiques. La présence de chamotte favorise la circulation de l’air pendant la cuisson, prévenant ainsi les fissures et les ruptures. Sur le plan artistique, elle offre la possibilité de créer une texture granuleuse distinctive.

Les deux informations importantes concernant les terres chamottées sont :

  • le pourcentage de chamotte
  • la taille du grain de chamotte (en mm)

Dans l’exemple, il n’y a pas d’information dans les cases concernant la chamotte. Cela signifie qu’il n’y a pas de chamotte dans cette terre. 

Température de cuisson : j’ai déjà rédigé un article sur les températures de cuisson suivant les terres (que je vous invite à lire ou relire si besoin). La plage de température de cuisson recommandée est essentielle pour éviter des problèmes tels que la fusion de la terre. Comprenez bien ces valeurs pour obtenir les résultats souhaités. Ici le fabricant recommande de cuire entre 1050°C et 1080°C pour la première cuisson « biscuit ».

Teinte de cuisson : le fabricant indique ici quelle sera la teinte de l’ouvrage après cuisson. Dans l’exemple, il est précisé que la terre sera blanche après cuisson à 1050°C. Cela nous donne alors une idée de la couleur finale. Cependant, il est toujours judicieux de se référer aux échantillons du fabricant.

Taux d’humidité: cette notion apporte une information importante sur la maniabilité du matériau. Sur notre exemple, la terre possède un taux d’humidité de 20 %. Cela signifie qu’il s’agit d’une terre plastique mais avec 20 % d’eau. Il est important de bien refermer son pain dans son plastique pour bien conserver l’humidité de la terre.

Retrait au séchage : Pendant le processus de séchage, la terre libère une partie de l’eau qu’elle contient, entraînant une réduction de son volume. Ce phénomène se produit à mesure que les particules d’argile se rapprochent progressivement en raison de l’évaporation de l’eau. Dans notre exemple, le retrait au séchage de 6,8 % . Il est crucial de prendre en compte cette information pour ajuster les dimensions de votre pièce lors de la création et donc compenser le rétrécissement attendu.

Retrait à la cuisson : Lors de la première cuisson, la pièce va de nouveau subir un retrait.  Tout comme le retrait au séchage, cette information est précieuse pour anticiper la taille finale de vos créations. Ici le fabricant indique que la pièce rétrécira de 0,4 % pendant la cuisson à 1050°C.

Absorption d’eau / porosité : Un critère essentiel dans le choix de ta terre est sa porosité, qui représente la capacité de la pâte céramique à absorber l’eau. La faïence reste poreuse même après cuisson, tandis que le grès et la porcelaine, s’il sont correctement cuits,se vitrifient naturellement et deviennent alors imperméables. Dans l’exemple, le fabricant nous indique que l’absorption d’eau (ou porosité) est de 12,3 % après la cuisson à 1050°C. Il est important de prendre en compte ce chiffre suivant l’usage prévu pour votre pièce et également si elle devra subir un émaillage ou non, si elle pourra passer au lave-vaisselle etc.

Photo de mon pain de terre de faïence
Nuancier des différentes teintes de cuisson fourni par le fabricant

Étiquettes matières premières céramique : comprendre les étiquettes des émaux

Passons maintenant à la découverte d’autres étiquettes matières premières céramique : les émaux. Bien que les émaux puissent sembler plus simples que les terres, ils renferment des données essentielles. Voici ce que vous devez savoir :

Référence : Tout comme les terres, il existe une multitude d’émaux. La référence est donc importante pour savoir de quel produit il s’agit. Ici la référence produit est KP641.

Nom : Le nom de l’émail reprendra souvent sa couleur, mais pas forcément. Dans l’exemple ci-contre l’émail s’appelle « VERT MOUSSE ».

Transparence, opacité et effets : certains fournisseurs indiquent si l’émail est transparent, opaque ou s’il a des effets particuliers. Cela guidera vos choix créatifs en influençant la manière dont la couleur réagit sur différentes bases. Ici, il s’agit d’un émail brillant.

Température de cuisson : le fabricant indique également la plage de température de cuisson. Elle indique la gamme dans laquelle vous pouvez cuire l’émail. Pour cet exemple, cuire entre 1250°C et 1280°C offre une flexibilité pour vos créations.

Variation de couleur avec la température : une autre information importante concerne la variation de couleur en fonction de la plage de température choisie. Il est essentiel de comprendre comment la couleur de l’émail peut changer en fonction de la température de cuisson.

Quantité : l’information sur la quantité du produit est toujours fournie. Dans cet exemple, le pot pèse 500g. Ceci est essentiel pour planifier vos projets en fonction de la quantité disponible.

Présence de substances toxiques : si le pot d’émail contient des substances toxiques telles que le plomb ou le cadmium, une mise en garde sera clairement indiquée. Le fournisseur insistera sur la toxicité du produit et recommandera des précautions strictes.

En conclusion 

Dans le monde complexe de la céramique, la compréhension approfondie des étiquettes matières premières céramique des fabricants est la clé pour des créations réussies. Que ce soit pour les terres, les émaux ou les matières premières, chaque étiquette comporte des informations cruciales qui guideront vos choix artistiques et techniques.

En ce qui concerne les terres, l’origine, la composition, la plasticité, la texture après cuisson, la température de cuisson recommandée, et d’autres spécifications influencent directement le processus de création. Les détails sur le retrait au séchage, le retrait à la cuisson, et l’absorption d’eau à des températures spécifiques permettent un ajustement précis des dimensions finales des pièces.

Dans l’univers des émaux, le nom, la référence, la transparence/opacité, la plage de température de cuisson, la quantité, et les avertissements sur des substances toxiques tels que le plomb sont autant d’éléments à considérer. La variation de couleur en fonction de la température souligne l’importance de choisir judicieusement pour atteindre le résultat désiré.

Les matières premières ajoutent une couche de complexité avec des pictogrammes représentant des avertissements et des informations spécifiques. La nécessité d’une compréhension approfondie de la chimie est soulignée, car ces produits peuvent ne pas fournir d’indications d’utilisation directes sur l’étiquette.

En résumé, pour réussir vos créations il est important de bien lire et comprendre les étiquettes matières premières céramique des fabricants. En suivant ces principes, vous serez mieux sensibilisé pour créer des pièces céramiques uniques et sécurisées. Explorez, expérimentez, et n’oubliez pas de partager votre savoir au sein de la communauté céramique. Bonnes créations ! 🏺✨